Aller au contenu principal

Société, Église et pouvoir politique dans l’Occident féodal (XIe-XVe siècles), 5e histoire, thème 2

 

Société, Église et pouvoir politique dans l’Occident féodal (XIe-XVe siècles)

»» L’ordre seigneurial : la formation et la domination des campagnes

»» L’émergence d’une nouvelle société urbaine

»» L’affirmation de l’État monarchique dans le Royaume des Capétiens et des Valois

Les notions du thème


Activités réalisées en classe

  • La seigneurie, un territoire où s’exerce le pouvoir du seigneur, un territoire économique  4h

Classe divisée en 2 groupes : 1er groupe, La seigneurie, un territoire où s’exerce le pouvoir du seigneur, 2e groupe, la seigneurie, un territoire économique.

 EDC distinctes, à l’intérieur de chaque groupe pour étudier des seigneuries laïques et des seigneuries ecclésiastiques. Dossier distribué, corpus de documents classés.

Travaux de groupes (à 4) avec restitution orale de 10’ (AP), co-évaluation.

  • L’émergence d’une nouvelle société urbaine 4h

À partir de dossiers  sur différentes villes européennes, concevoir et réaliser des panneaux A3 pour une exposition en classe, travail par groupes. Bruges, bordas p. 62 – Sienne – Florence – Venise –

  • L’affirmation du pouvoir royal 3h

A l’aide des pages 73 à 83, en suivant le modèle proposé, construction d’un tableau synthétique (travail individuel) – personnalisation du tableau souhaitée, évaluation dans le cahier.


Le vocabulaire

 

Les repères dans le temps

Carte mentale

Personnages historiques

Cours

  1. L’ordre seigneurial : la domination des campagnes

La seigneurie, un territoire où s’exerce le pouvoir du seigneur

Au Moyen-âge, en Europe occidentale, les seigneurs, laïcs (des guerriers au service du roi) ou ecclésiastiques (un abbé ou une abbesse), attirent des paysans pour défricher (étendre les espaces cultivés) et créer des villages car la population augmente considérablement du XIe au XIIIe siècle. Ces seigneurs accordent en contrepartie des avantages aux villageois dans des chartes de franchise. Ils les protègent également  en cas d’attaque.  Ils ont également le pouvoir de rendre la justice sur leur domaine et commandent à tous les hommes sur ce territoire.

La seigneurie un territoire économique

Quelque soit le type de seigneurie (seigneurie ecclésiastique ou celle d’un seigneur laïc) les paysans  y travaillent dur toute l’année et enrichissent leur seigneur. D’abord, ils cultivent les terres du seigneur pour nourrir le château et ses hommes (la réserve).  Ils cultivent également les tenures, ces champs loués au seigneur en échange d’une somme d’argent ( le cens) et qui leur permettent de vivre. Mais les paysans sont aussi soumis aux banalités, taxes qu’ils doivent au seigneur lorsqu’ils utilisent son four pour cuire leur pain, son pressoir pour faire leur vin et les droits de péage lorsqu’ils utilisent les ponts et voies de circulation du seigneur. A cela, viennent s’ajouter l’impôt dû à leur seigneur, les corvées pour l’entretien du château et de la seigneurie et enfin une part de leur propre récolte chaque année (le champart).

L’Église est particulièrement présente dans la seigneurie mais également dans toute la société

Elle exerce une grande influence dans les villages car les paysans lui versent la dîme annuelle pour entretenir l’église du village et nourrir le curé de la paroisse. L’église est le bâtiment central du village où les populations se rassemblent pour prier. La vie des paysans mais aussi des hommes des villes est calquée sur le calendrier chrétien et ses fêtes religieuses. Les clercs aident ainsi les hommes à vivre en chrétiens. Au XIIe siècle, l’Église impose à tous le jeûne, l’aumône et le mariage comme sacrement. Les moines dans leurs abbayes sont des modèles pour les paysans.


  1. L’émergence d’une société urbaine

L’affirmation des villes

A partir du XIIe siècle, la population augmente et les anciennes cités s’agrandissent. Des villes nouvelles sont fondées à l’abri de remparts et de murailles.

Entre la fin du XIe siècle et la fin du XIIIe siècle, les bourgeois obtiennent des libertés des seigneurs et le droit de s’organiser librement pour gouverner leur ville : c’est le mouvement communal. Les libertés sont inscrites dans des chartes.

En Italie, des villes comme Sienne deviennent de véritables cités-États.  En Europe du nord, elles s’allient au sein de la Hanse.

Les villes, centres du commerce international

A partir du XIe siècle, le grand commerce se développe en Occident. Les puissants protègent les marchands. Les routes maritimes et terrestres deviennent plus sûres.

Il existe trois grandes régions d’échanges commerciaux. L’Italie (Sienne, Venise, Gênes) pour les produits de luxe (épices, soie…). La Flandre, au nord de l’Europe pour le bois, les poissons, les fourrures, la laine. La Champagne et les foires (comme Troyes) permettent la rencontre et les échanges des marchands du nord et du sud de l’Europe. Une nouvelle société urbaine

La ville constitue un monde nouveau. Les habitants vivent aussi dans des faubourgs. Les rues sont souvent étroites, encombrées et sales. Les maisons sont en bois sauf les bâtiments de l’Église et du pouvoir. Au XIIIe siècle, les autorités font paver les rues, construire des fontaines.Le commerce stimule l’activité des artisans qui travaillent dans de petits ateliers ouverts sur la rue. Les artisans d’un même métier s’organisent en corporations qui encadrent la profession.


  1. L’affirmation du pouvoir royal aux dépens des seigneurs

Le roi s’impose dans le système féodal

En 987, Hugues Capet succède au dernier roi carolingien et fonde la dynastie des Capétiens. En théorie, il règne sur l’ensemble du royaume, mais en réalité, il ne dirige que le domaine royal. L’autorité des rois ne s’exerce pas au sud de la Loire. Pour s’imposer, les rois font couronner leur héritier de leur vivant et organisent des mariages politiques afin de  renforcer leur pouvoir et étendre leur territoire.

Les successeurs d’Hugues Capet affrontent également les grands seigneurs. Ils réussissent lentement à agrandir le domaine royal par la guerre. Ainsi, après sa victoire à Bouvines en 1214, Philippe-Auguste s’empare de la Flandre et s’impose aux seigneurs.

La construction d’un État moderne

Ils créent l’administration des finances qui collecte les impôts. Les rois, aidés par des légistes et des conseillers, sont représentés par des baillis. Pour renforcer leur pouvoir, ils développent une justice royale qui permet de faire appel au roi.A partir du XIIe siècle, les souverains consolident le pouvoir royal. Ils affirment qu’ils sont suzerains de tous les seigneurs.

L’unification du territoire

En 1328, Philippe VI de Valois fonde une nouvelle dynastie pour empêcher le roi d’Angleterre d’accéder au trône.

C’est une des causes de la guerre de Cent Ans (1337-1453) qui dévaste le royaume et affaiblit la monarchie.

A la fin de ce conflit, l’État se renforce et unifie le territoire. Charles VII crée une armée permanente et une monnaie utilisée partout. Les rois rattachent de nombreux territoires au royaume. Le roi est considéré comme protecteur de la nation.

L’ensemble du cours en images

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :