Aller au contenu principal

Une pratique pédagogique globale

Que peut-on intégrer dans nos pratiques pédagogiques ?

1)Les intérêts :

-une entrée par les notions principales de la thématique ;

-une approche qui permet de saisir l’ensemble du thème (2 à 4 sous-thèmes) et sa complexité ;

-une approche par les activités pour construire et comprendre les compétences (savoirs, savoir faire, savoir être) ;

-un raisonnement scalaire qui permet de construire des concepts ;

-une démarche qui varie les activités ;

-Une différenciation pédagogique qui intègre des évaluations formatives, mise en situation de réussite des élèves, une orientation vers la maîtrise de compétences ;

-Une approche qui intègre les neurosciences et les outils numériques dans les pratiques pédagogiques ;

2) Les limites :

-nécessité d’une enseignement explicite (présenter et expliquer les notions dès le début du thème par le professeur) ;

-nécessité de revenir sur les notions après chaque sous-thème ;

-nécessité de mise en perspective des études de cas ou des études historiques (changement d’échelle – conceptualisation)

-risque d’émiettement du savoir ;

-risques liés à la multiplication des documents et surtout aux modalités de leur exploitation (fractionnement du questionnement et du sens, simples prélèvements d’informations sans approche critique) ;

-pratique chronophage ? (pratique de « classe inversée »)

1 réponse »

%d blogueurs aiment cette page :