Aller au contenu principal

Décrire, analyser, interpréter une photographie


Décrire, analyser, interpréter une photographie : méthode pour préparer un oral de 5 mn 
en classe ou devant un jury de Brevet

Un plan en 3 parties

1. Présentation de la photographie, du photographe, du contexte de prise de vue.

2. Description de la photographie

3. Analyse et interprétation de la photographie

Aide pour suivre ce plan

1. Présentation de la photographie, du photographe, du contexte de prise de vue.

  • Titre ou non de la photo, date de prise de vue, lieu
  • Biographie du photographe, carrière, comparaison avec d’autres photographes
  • Contexte historique, social lié à la photo

2. Description de la photographie

Comme pour un tableau, observez les plans, la lumière, les couleurs, le cadrage, la mise en scène ou non, les

paysages, les hommes, les objets, les constructions….

La prise de vue

 Hauteur d’œil : C’est la position normale, le photographe est à la même hauteur que le sujet.

 Plongée : Dans cette position, le photographe se situe plus haut que le sujet à photographier, il oriente donc l’appareil photo vers le bas (d’où le terme plongée…).Un tel cadrage donne une certaine impression de solitude et de détresse. Le photographe domine en quelque sorte le sujet. Ce point de vue va écraser les perspectives et déformer les éléments. La plongée donne plus d’importance aux lignes en accentuant les surfaces horizontales.

 Contre-plongée : En contre plongée, le photographe est plus bas que son sujet, il oriente l’appareil vers le haut. Un tel cadrage donne une certaine impression de puissance et de domination du sujet. Ce point de vue va accentuer les perspectives et réduire les plans horizontaux. Le sujet est mis en valeur (l’arrière plan a encore moins d’importance) mais il est, là aussi, déformé.

Les plans

 Plan général : Il consiste à prendre le sujet dans son environnement général. Le sujet est donc vu avec un certain recul puisqu’il est intégré à un grand espace. C’est le plan idéal pour insister sur l’étendue de l’endroit photographié et sur la forte relation entre le sujet et le lieu où il se trouve.

 Plan d’ensemble : C’est un cadrage plus resserré que le plan général. Le sujet occupe une plus grande partie de l’image, il est devenu identifiable mais sa relation avec son environnement reste toujours prépondérante.

 Plan moyen : C’est un cadrage resserré sur le sujet principal. Il apparaît en entier sur la photo. Dans ce genre de plan, on s’intéresse beaucoup moins au décor.
 Plan américain : Il consiste à cadrer un personnage à mi-cuisse.

 Plan rapproché : Dans ce type de plan on ne voit que la partie supérieure du sujet (coupé à la taille ou à la poitrine).

 Gros plan : Ce plan consiste à cadrer une partie importante du sujet pour la mettre en valeur. Le décor est alors inexistant.

 Très gros plan : Le cadre est remplit par une petite partie du sujet. Il permet de mettre en évidence un détail.

L’arrière-plan

D’une manière générale, l’arrière-plan est là pour supporter le sujet, pas pour lui voler la vedette. Le regard peut circuler de l’un à l’autre, mais le sujet doit rester évident. C’est pourquoi on utilise dans certaines situations une faible profondeur de champ.

De plus, vous êtes responsable de tout ce qui est dans le cadre. Donc cette branche qui dépasse du coin du cadre et qui gêne la vue, c’est de la faute du photographe. Vérifiez donc bien qu’il n’y a pas d’éléments gênants dans l’image.

La composition

Une des erreurs les plus communes est évidemment de placer le sujet au beau milieu, sans raison particulière comme la mise en valeur d’une certaine symétrie. Encore une fois, centrer une image n’est pas mal, il faut juste savoir pourquoi on le fait.

Il y a aussi des choses plus complexes et plus intuitives, comme la balance dans une image par exemple, c’est-à-dire le « poids » des différents éléments. On peut aussi penser à la pose du modèle en portrait, qui doit correspondre à une émotion que vous voulez faire passer, et ne pas être simplement la première que vous avez trouvée par hasard.

La lumière et l’exposition

La lumière présente, sa mise en valeur, l’utilisation de lumière artificielle ou non (et comment) sont à considérer. Il faut répéter que l’exposition parfaite n’existe pas : une image presque complètement noire peut être bien exposée, il suffit que ce soit voulu et que ça crée un effet intéressant.

Les lignes et points de force

On s’est servi du nombre d’or pour établir des lignes imaginaires qui découpent l’image en trois parties horizontales et verticales égales. Les intersections de ces 4 lignes font ressortir les points forts de la photo. Il s’agit en fait des quatre points où l’œil va être le plus attiré.

3. Analyse et interprétation de la photographie

Pour l’analyse. Elle dévoile les preuves, trouvées par vous, qui construisent le sens découvert dans l’image.

  • Le sujet est-il réel ou imaginaire ?
  • Y a-t-il une mise en scène particulière de l’image ?
  • Y a-t-il un trop plein de sujet ou au contraire l’évocation d’une absence ?
  • Le sujet est-il politique ?
  • Le sujet contient-il des tabous ou des interdits sociaux ?
  • Le sujet a-t-il un caractère religieux ?
  • Est-il arraché au réel ou composé ?
  • La photographie se veut-elle représentation de la réalité ou est-elle une construction arbitraire ?
  • Quel est le support de l’image ?
  • Y a-t-il un travail particulier sur le médium photographique ?
  • La photographie est-elle retravaillée par des moyens non photographiques ?
  • Y a-t-il des influences artistiques ou culturelles visibles dans le sujet ou le traitement du sujet ?
  • Y a-t-il une distance ironique au sujet ?
  • Y a-t-il une tonalité générale du sentiment évoqué ?
  • La photographie cherche-t-elle la beauté ?

Pour l’interprétation. C’est le moment le plus difficile. Il vous faut comprendre pourquoi l’auteur a pris sa photographie. Cela suppose que l’auteur a pris sa photographie pour répondre à une question particulière. Mais laquelle ? Il est aussi possible qu’il n’y ai pas de raison, dans ce cas c’est votre interprétation qui compte !

  • Pour arriver à trouver le problème, commencez par examiner l’impression que la photographie fait sur vous ; qu’est-ce que l’auteur semble vouloir dire et montrer dans sa photographie ? De quoi exactement traite la photographie ? Vous semble-t-il qu’il y ait un message ? Restez-en à la constatation de l’effet subi par le spectateur. C’est l’effet subi qui va vous mettre sur la voie. Déterminez si certaines évocations de l’image sont dues à des connaissances ou des sentiments que vous avez en vous. Essayez de les définir précisément. Faites la part entre ce que le photographe a mis dans son œuvre et ce qui est une pure interprétation que vous en faites (sans preuve).
  • Qu’a voulu montrer le photographe ?
  • Quel est son point de vue sur son sujet ?
  • Comment le montre-t-il ?  de manière classique ou originale ? avec quels moyens techniques ?
  • Cette photographie sert-elle à… émouvoir ? faire rire ? informer ? raconter ? expliquer ? faire réagir ? …

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils