Aller au contenu principal

Thème 3 Histoire XVIe-XVIIe

 

Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles

 

Les notions du thème

Activités réalisées en classe

  • Le XVIe siècle, un monde transformé 4h

4 études  distinctes : l’Europe de Charles Quint / Expansion européenne / Les conquêtes de Soliman / Le rayonnement de Soliman = Travaux de groupes (à 4) avec restitution orale de 10’ (AP)co-évaluation.


  • Les transformations politiques, scientifiques et religieuses aux XVIe et XVIIe siècles en Europe 4h

Tâche complexe textes, images, sons.

Analyse de textes et recherche de documents s’y rapportant : texte un pape « prince de la Renaissance » (Léon X), un autre humaniste prince de la Renaissance (Érasme),  2 textes pour 2 approches religieuses différentes du monde  (Réforme avec Calvin, Contre-réforme avec  le Baroque).

Travaux de groupes ou individuels


  • La construction de la personne royale de la maison de France 4h

Réalisation d’un tableau, d’un récit ou d’une production originale sur l’évolution de la personne royale. Travail en binôme.  Manuel Bordas pages 118 à 123, de François Ier à Louis XIV. 2h

Le roi absolu : VERSAILLES, château et jardins lieux de la  théâtralisation du politique (vie du roi, l’étiquette). Film LE ROI DANSE. 2h

Le vocabulaire

Les repères dans le temps

Personnages historiques

Vidéos

Carte mentale

Cours

  1. Le Nouveau Monde, un monde qui s’élargit

Les rois du Portugal et d’Espagne poursuivent des expéditions maritimes débutées à la fin du XVe siècle vers l’Asie, en contournant l’Afrique, puis à travers l’Atlantique et le Pacifique. Des progrès techniques dans la navigation favorisent ces voyages. Les cartes deviennent de plus en plus détaillées, même si de nombreuses terres ne sont que partiellement découvertes et si l’intérieur des continents demeure inexploré.

Ces voyages de découvertes et de commerce relient les espaces africain, asiatique, américain et européen. Au XVIe siècle, l’Europe devient le moteur et le principal bénéficiaire d’échanges organisés à l’échelle mondiale. On parle de première mondialisation.

Les conquistadors s’emparent de l’Amérique centrale et du sud, au détriment des civilisations aztèques et inca. C’est le début de la colonisation européenne. Après avoir tué directement ou indirectement les Amérindiens en grand nombre, les Européens organisent la déportation d’esclaves africains pour exploiter les richesses de l’Amérique.


2. Humanismes, réformes et conflits religieux

L’humanisme

Du XVe au XVIe siècle, un courant artistique et culturel nouveau naît en Italie et se diffuse dans toute l’Europe : la Renaissance. Elle est marquée par la naissance de l’humanisme, qui s’appuie sur un retour aux textes et aux références de l’Antiquité gréco-romaine.

Érasme et More, par exemple, s’intéressent à l’Homme et à ses rapports avec Dieu. Ils traduisent les textes anciens comme la Bible et échangent à travers l’Europe (république des Lettres). Cette diffusion des idées humanistes doit beaucoup à l’imprimerie (1454) qui publie les premiers livres.

Les réformes

La foi chrétienne est très forte au XVIe siècle et se manifeste par une profonde inquiétude face à la mort et au salut de l’âme.

C’est dans ce contexte que Luther propose une réforme du christianisme, bientôt appelée protestantisme. Il affirme que seule la foi en Dieu sauve les hommes, et non l’achat d’indulgences. Il est exclu par l’Église catholique.

En France et en Suisse, Jean Calvin diffuse la réforme protestante.

Les conflits religieux

Au XVIe siècle, l’Europe et la France sont divisées entre catholiques, fidèles au pape, et protestants. Huit guerres de religion se succèdent entre 1562 et 1598. En France, dans la nuit du 23 au 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy,  des milliers de protestants sont assassinés à Paris puis dans le reste du royaume.

Les guerres de religion s’achèvent avec l’édit de Nantes, le 30 avril 1598 : le roi Henri IV, converti au catholicisme, autorise la religion protestante.


  1. Du prince de la Renaissance au roi absolu

Un pouvoir absolu

Au XVIIe siècle, les hommes ont conscience que le pouvoir des rois se renforce. En effet, le roi cumule peu à peu les pouvoirs politique, militaire, religieux (il nomme les évêques), économique et artistique.

L’influence de la noblesse diminue et ne fait plus contrepoids à la puissance du roi. Le Fronde (1648-1653), est la dernière tentative de révolte des princes contre le pouvoir royal. Elle s’achève par la victoire du roi.

Les piliers du pouvoir royal

Les guerres sont nombreuses : 33 ans de guerre sur 54 ans de règne pour Louis XIV par exemple. Le roi met en place une armée permanente. Cela nécessite de nouveaux impôts comme la capitation créée en 1695. Cette taxe est le premier impôt direct prélevé chez tous les Français.

Enfin, le roi justifie également la concentration des pouvoirs selon le principe de la monarchie de droit divin.

Les limites du pouvoir royal

Cependant, les pouvoirs du roi sont limités. Le roi doit être catholique ; Henri IV, protestant, doit se convertir en 1593 pour être couronné. Il ne peut vendre ou céder des parties du royaume. Il doit respecter certaines coutumes (lois fondamentales), par exemple sur la question de l’héritage (exclusion des femmes).

Par ailleurs, des révoltes régulières éclatent à travers le royaume, comme celle des « bonnets rouges » en Bretagne en 1675, contre une nouvelle taxe royale. Le roi ne contrôle pas l’ensemble de son royaume.

Enfin, la guerre coûte cher et le roi s’endette lourdement à partir du XVIIe siècle. Ainsi, le pouvoir royal connaît des limites et, dès le XVIIIe siècle, un certain affaiblissement.

L’ensemble du cours en images

%d blogueurs aiment cette page :